MICKAEL OURGHANLIAN, la lutherie chevillée à l’âme

Franchir la porte de l’atelier de Mickaël Ourghanlian, c’est aller à la rencontre d’un artisan, passionné, animé par une âme indéfectiblement vouée à la musique. A la réparation d’instruments à cordes.

Installé à Bourg-en- Bresse depuis 2016, venu de région parisienne, « où il s’est frotté au monde urbain, l’univers parfois sans pitié de la concurrence entre luthiers ». La place laissée aux jeunes luthiers est une forme de portion congrue. Les luthiers de renom ont la mainmise sur ce marché. Pour lequel l’artisan travaille parfois avec des instruments de grandes valeurs, non seulement financières, musicales, humaines.

Mickaël Ourghanlian parle avec finesse de son métier.  Pour lui, chaque client est une personne. Un(e) musicien(e) (bien sûr). Avec laquelle il entretient une relation privilégiée. Attentive. Et respectueuse.

Musicien, il l’est aussi. Son violon, toujours au pied  de son établi, est  prêt à être sorti de son étui dès qu’une occasion s’y prête.

Ce matin-là, Arsen Pétrosyan, m’a conduit à l’atelier de Mickaël. Outre des échanges profonds sur leurs métiers. Leur origine commune : l’Arménie. Une complicité musicale naît. Le temps d’un duo duduk-violon. L’espace d’un moment partagé, je ne savais plus si nous étions en Arménie, à Bourg-en-Bresse. Comme une antienne fredonnée, faisant écho avec la prière de l’artisan, que Mickaël offre à la vue du public.

Quand intériorité rime avec beauté, qualités humaines et techniques. Mickaël Ourghanlian est à l’image de cette prière.

La prière de l'artisan

La prière de l’artisan

Le diplôme de luthier de Mickaël Ourghanlian

Le diplôme de luthier de Mickaël Ourghanlian

 Arsen Pétrosyan & Mickaël Ourghanlian

Arsen Pétrosyan & Mickaël Ourghanlian